Lettre au Ministre

Lettre de Parents Pour l’Ecole adressée au Ministre de l’Education Nationale le 20/06/2017

Paris, le 20 juin 2017

Monsieur le Ministre
Ministère de l’Education Nationale
110 rue de Grenelle
75007 Paris

 

Monsieur le Ministre,

Prenant acte de votre nomination aux plus hautes fonctions, nous aimerions par la présente vous signaler l’état d’inquiétude des parents face à la réalité de l’Ecole française. En raison d’un quinquennat désastreux, qui a accéléré la décomposition déjà engagée, cette dernière se trouve face à un défi immense, qui est celui de renouer avec les familles une confiance qui s’est perdue.

Dissimulant les pédagogies mises en œuvre, imposant des réformes par décret et sans la moindre discussion, vos prédécesseurs ont littéralement chassé de l’école ceux qui avaient le devoir de s’y investir pour l’intérêt de tous : parents et professeurs. Preuve de cette dislocation, des milliers de parents retirèrent en 2014 leurs enfants de l’école un jour par mois afin de protester contre l’expérimentation non déclarée des « ABCD de l’égalité ». De la même manière, on a pu constater qu’au cours du mandat de Monsieur Hollande, le nombre d’enseignants démissionnaires a pris des proportions considérables chez les stagiaires notamment.

La confiance ne se renouera pas sans la mise en œuvre de décisions fortes. Aussi, l’abrogation de la réforme des rythmes scolaires comme de celle du collège semble être une priorité et ne peut être laissée à l’appréciation des seuls maires. Ces deux bouleversements ont perturbé l’organisation du temps à l’école en même temps qu’ils ont déconsidéré la valeur des enseignements transmis. D’ailleurs, l’actuel Président de la République dans son programme de campagne et vous même dans vos récentes déclarations semblez vous engager en ce sens, promettant un aménagement des rythmes scolaires autant qu’un rétablissement des classes bilangues et des langues anciennes. Une fois cela fait, il vous reviendra de rendre à l’école la mission qu’elle n’aurait jamais dû abandonner : transmission des savoirs, éducation à l’exigence, goût pour la culture, respect des enseignants, sens de l’effort et gout du travail bien fait.

De manière plus précise enfin, nous aimerions nous entretenir avec vous des profondes modifications que connaît, depuis quelques années, l’enseignement privé sous contrat. A nos yeux, en effet, l’augmentation sensible des inscriptions d’élèves dans ce secteur entraîne un grand nombre de questionnements. Nous ne pouvons nous satisfaire d’une école privée sous contrat, sortie de secours pour échapper à la déconsidération, certainement légitime, de l’enseignement public. Aussi est-ce pour cette raison que nous sollicitons une entrevue auprès de vous.

Espérant que cette demande trouvera un écho favorable de votre part, je vous prie de bien vouloir agréer, Monsieur le Ministre, l’expression de ma haute considération.

 

Jérôme Malcouronne, Président

Frédéric Majau, Secrétaire Général